Centrale Panafricaine
Centrale Panafricaine
. Reflexion sur la coupe du monde de football

. Recherches africaines et sida

. Aprés le passage du Dr Cheick M. Diarra au Cameroun(2ième partie)

. Existe t - il une philosophie africaine ?

. Le poids des modernités

. Conseils pratiques aux examens officiels

. Réflexion sur le commerce équitable

. Sur la journée internationale de l'enseignant

. Football africain:plaidoyer pour un entraîneur (1ère partie)

. Biographie(1) CHEIKH ANTA DIOP (lu pour vous)

. Biographie (2) CHEIKH ANTA DIOP (Lu pour vous)

. Cameroun: Des élèves en transes

. Performance

Examens Officiels:Remarques et Suggestions

. Questions sur l'Afrique et l'africanité

. Prophéties

. Contact

. A propos de l'affaire de l'Arche de zoé

. Orientation scolaire

. Discours colonial

Après le passage du Dr CHEICK MODIBO Diarra au Cameroun (1ere partie)

Bevues Mathématiques

En Afrique,un viellard qui meurt est ...

. Football africain: De la C.A.N. 2008

. Jugement Hissène Habré (Archive)

. L'Enseignant et la craie

. Etablir un projet de création d'entreprise(Archive)

Plan de paix au Burundi (Archive)

De l'Apprentissage Des Mathématiques

Réflexion sur L'Excision de la femme(Archive)

Incroyable,mais vrai (Excécutif Américain)

L' Homme et le chiffre

Opération " Brosse à dents en sac"

A quoi servent les Mathematiques.

Quelques Chercheurs Scientifiques Africains de renom

Mieux connaître l'Afrique et l'Africanité

Sur le Triangle des Bermudes

Après le tour de France 2008

De la Bonne Gouvernance en Afrique

Le Président LEVY MWANAWASSA et la "Chiffrologie"

Le PEA48 et la Liste Blanche Camerounaise

Lettres Ouvertes à Trois Ministres

Réflexion sur la discipline scolaire

Cours Préliminaire de Physiques

Projets d'émission radio

Livre d'or

De la situation au Zimbabwe

Soutenir la Centrale P.R.S.

L'Afrique et Barack OBAMA

Jugement HISSENE HABRE:2ième partie

. Accueil

Partenariat

. Réflexion sur le commerce équitable

                                       324338 visites

Note:Cet article a été également publié sur www.naturavox.fr

CENTRALE  PANAFRICAINE  DE  RECHERCHES

SCIENTIFIQUES  ET CULTURELLES ( C. P. R. S. )

S/C B.P. 3583 DOUALA

Cel : 00 (237) 99 87 74 59

Email : kombernar@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

REFLEXION SUR

 LE  COMMERCE  EQUITABLE

 

 

 

 

                                         Par

 

PEREM A MENOUNG Ghislain

Elève en Terminal B ( 2005-2006)

                                    Lycée Technique de Douala-Koumassi

 

 

                               Sous l'égide de

 

 

KOM  Bernard, Chercheur indépendant

                           Douala – Cameroun

 

 

Mars ‏2007‏‏

 

 

La réduction des écarts de développement entre les pays riches et ceux du tiers-monde est devenue au fil des dernières décennies une préoccupation  de plus en plus sérieuse. Nombreuses sont les instances internationales qui en ont plus ou moins fait un cheval de bataille.

 Que ce soit les E. U., le G8, les bailleurs de fond, ou encore les multiples organismes internationaux qui gèrent le monde, tous s'emploient à développer quotidiennement des stratégies de redressement plus ou moins  adaptées à la lutte contre la pauvreté. Augmentation de l'aide au développement, rééchelonnement ou annulation de la dette, ajustement structurel etc.…, sont autant d'initiatives porteuses ou non qui ont souvent été déployées en faveur du tiers-monde en général et de l'Afrique en particulier.

 

Et justement à ce propos, un concept qui fait l'actualité depuis quelques années maintenant est celui du commerce équitable, une notion économique qui quoique portée vers l'humanitaire reste bien critiquable sous certains aspects.

 

QU'EST-IL EN REALITE ?

 

Le commerce équitable est une initiative socio -commerciale dont le but est de palier à l'inégale répartition des revenus tirés des transactions du commerce  mondial. Il se présente sous la forme d'un label  pour les produits des pays pauvres. Ce label garantit la production dans le respect  de l'environnement et une distribution équitable aux producteurs. Par là, ils obtiennent un revenu suffisant pour assurer leur subsistance et soutenir leur effort de développement.

 

Le concept de commerce équitable est soutenu par les institutions onusiennes à l'instar de la CNUCED  (Conférence des Nations Unies pour le Commerce et le Développement), ainsi que les pays occidentaux . Il s'impose comme une tentative  d'échanges égalitaires entre le Nord et le Sud. Actuellement, un nombre croissant de pays pauvres tels que le Brésil, le Mexique, le Niger,  le Mali, le Sénégal, l'Inde etc.… en bénéficient.

 

L'innovation du concept est la réduction de la filière, avec l'intégration en même temps des objectifs sociaux. D'ailleurs, ce concept trouve son origine dans la longueur et la complexité de la filière commerciale. Une filière est le circuit que traverse un produit pour aller  du producteur au consommateur final. Elle compte une large panoplie d'intermédiaires (acheteurs, revendeurs, commissionnaires, représentants etc.)

 

Par ailleurs, la réduction de la filière permet de diminuer les coûts, car chaque intervenant majore le prix du produit pour son revenu. Dans le cadre du commerce équitable, il est conseillé aux producteurs de se réunir en coopératives. Celles-ci s'occupent  du regroupement de la  production, de la transformation éventuelle  des matières premières et du conditionnement du produit. Les produits sont exportés  et distribués par un seul intermédiaire qui pourrait être une ONG ou un partenaire commercial.   A la vente, hormis le bénéfice des espaces de distribution, le prix du     "produit équitable" se compose du prix réel du produit et de primes liées à l'environnement et au développement. Ils sont reversés à la coopérative qui distribue alors les revenus aux producteurs et effectue les actions de développement

(construction des infrastructures, par exemple.) au sein de la communauté rurale.  L'impact du commerce équitable  est surtout important dans les pays africains. Il couvre les produits de base ( coton, cacao, café…), les produits  d'artisanat ( bijoux, textiles, maroquineries etc.) ainsi que ceux de consommation courante.

 

Mais cependant, est-ce que pour autant, le commerce équitable mérite t-il que les pays africains prient le Père Eternel pour sa perpétuation?

 

                LE LAVABO DU CAPITALISME

 

Accusé d'être le sponsor officiel de notre "Stag-développement" et  acculé par le poids croissant  de  l'aide sous toutes ses formes,  l'Occident se doit  d'agir. Aussi, le concept du commerce équitable lui donne l'occasion de se laver les mains face au fiasco qu'est le gigantesque retard du développement africain. De plus, il est important de noter que la réussite  du commerce équitable repose sur la générosité  de la ménagère occidentale. En bref, l'Afrique retombe par là dans la mendicité commerciale. Ce détail revêt une importance capitale dès que  nous savons que  le commerce à l'étalage ne représente presque rien devant le commerce des multinationales qui, elles ne consomment pas équitable. En effet, le concept ne leur propose  pas assez  de rentabilité comme les spéculations et négociations liées aux filières normales. D'autre part, ce concept pérennise les partenariats  commerciaux occidentaux  face à l'émergence de nouveaux pays industrialisés (Corée du sud, Singapour, Taiwan, Brésil, Grèce…) et la montée de la Chine et de l'Inde .

 

A titre illustratif, l'empire du milieu est quasiment devenu le premier fournisseur de l'Afrique noire francophone. Et encore, la portée du commerce équitable  se limite aux communautés rurales. Concrètement, le concept ne nous permet pas de générer des profits aptes à capitaliser  notre industrialisation. A ce moment, alors que l'Occident trouve un nouveau contexte  pour plaider coupable face à ces crimes anti-développement, que devient l'Afrique ?

 

LE  DINDON  DE  LA  FARCE

 

Une fois de plus, l'Afrique souffre de son absence de veto face aux grandes décisions du commerce  mondial, car la question de  la mauvaise distribution des revenus reste d'actualité. A  titre d'exemple, les producteurs mondiaux n'ont touché que 7% ( sept pour cent)  des 62 ( soixante deux) milliards d'euros générés par la vente du café en 2005. Comme quoi, le commerce équitable dans le commerce mondial est telle  une mare dans le pacifique. De  plus, les réalisations sommaires du  commerce équitable ( écoles, dispensaires, borne-fontaines etc. )   masquent mal la lenteur de l'avancée du concept. Par dessus tout, il conforte la stagnation productive de l'Afrique. Dommage que les Africains  semblent se complaire encore dans le handicap  de ne pas pouvoir  produire à grande échelle. En fait c'est dans cette situation que nous ne pouvons pas approvisionner les grandes entreprises, limitant ainsi la valeur de nos produits à celle du petit artisanat. Nous nous satisfaisons de quelques miettes en négligeant  les bienfaits d'une coopération positive Sud-Sud. Pourtant, l'Afrique doit persister dans la revendication du droit  fondamental de fixer par elle-même ses prix sur le marché international, afin de garantir le développement  aux générations  futures.  

 

                      LA  GRANDE  QUESTION

 

L' Afrique est-elle vouée à la mendicité ? Tendre la main et toujours tendre la main à l'Occident, se faire incessamment exploiter, voilà le cycle infernal. Faut-il y rester enfermé ? Sûrement pas. L'Afrique dispose d'une large panoplie de matières premières et d'une créativité inexploitée.  Ici, la question ne se limite pas à intensifier une coopération Sud-Sud, nous marchant les uns sur les autres. Il s'agit ici de faire évoluer positivement les mentalités et l'appareil productif de chacun de nos pays. Si la Chine a pu se lever malgré la suprématie occidentale, si le Japon peut fixer ses propres prix, cela signifie que nous sommes autant aptes. Et nous ne devons rester ni figurant, ni victime de la mondialisation, mais plutôt des acteurs dynamiques. A nous d'en profiter, car cette ère économique pourrait aussi être celle de l'Afrique. 

 



Tous droits réservés