Centrale Panafricaine
Centrale Panafricaine
. Reflexion sur la coupe du monde de football

. Recherches africaines et sida

. Aprés le passage du Dr Cheick M. Diarra au Cameroun(2ième partie)

. Existe t - il une philosophie africaine ?

. Le poids des modernités

. Conseils pratiques aux examens officiels

. Réflexion sur le commerce équitable

. Sur la journée internationale de l'enseignant

. Football africain:plaidoyer pour un entraîneur (1ère partie)

. Biographie(1) CHEIKH ANTA DIOP (lu pour vous)

. Biographie (2) CHEIKH ANTA DIOP (Lu pour vous)

. Cameroun: Des élèves en transes

. Performance

Examens Officiels:Remarques et Suggestions

. Questions sur l'Afrique et l'africanité

. Prophéties

. Contact

. A propos de l'affaire de l'Arche de zoé

. Orientation scolaire

. Discours colonial

Après le passage du Dr CHEICK MODIBO Diarra au Cameroun (1ere partie)

Bevues Mathématiques

En Afrique,un viellard qui meurt est ...

. Football africain: De la C.A.N. 2008

. Jugement Hissène Habré (Archive)

. L'Enseignant et la craie

. Etablir un projet de création d'entreprise(Archive)

Plan de paix au Burundi (Archive)

De l'Apprentissage Des Mathématiques

Réflexion sur L'Excision de la femme(Archive)

Incroyable,mais vrai (Excécutif Américain)

L' Homme et le chiffre

Opération " Brosse à dents en sac"

A quoi servent les Mathematiques.

Quelques Chercheurs Scientifiques Africains de renom

Mieux connaître l'Afrique et l'Africanité

Sur le Triangle des Bermudes

Après le tour de France 2008

De la Bonne Gouvernance en Afrique

Le Président LEVY MWANAWASSA et la "Chiffrologie"

Le PEA48 et la Liste Blanche Camerounaise

Lettres Ouvertes à Trois Ministres

Réflexion sur la discipline scolaire

Cours Préliminaire de Physiques

Projets d'émission radio

Livre d'or

De la situation au Zimbabwe

Soutenir la Centrale P.R.S.

L'Afrique et Barack OBAMA

Jugement HISSENE HABRE:2ième partie

. Accueil

. L'Enseignant et la craie

CENTRALE PANAFRICAINE
DE RECHERCHES
SCIENTIFIQUES ET
CULTURELLES (C.P.R.S.)
- S/C BP : 3583 DOUALA
- CEL : 00 (237) 987 74 59
 
 
 
 
 
 
L’ENSEIGNANT
ET
LA   CRAIE
 
 
Par KOM Bernard
 
Enseignant de Mathématiques
Chercheur indépendant.
 
Douala - Cameroun
 
 
 
 
 
5 octobre 2006


Une alliée qoutidienne de l’enseignant c’est la craie. Cette dernière est utilisée par celui-ci depuis fort longtemps au point qu’entre les deux, c’est un véritable mariage.
Certains peuvent se demander à raison, ce qu’il y aurait de nouveau sous les cieux pour qu’on veuille remettre en question une relation aussi lointaine. Qu’est-ce qui peut bien valoir une telle interrogation ?
Cette quasi-symbiose entre les deux êtres ne va pas toujours sans inconvenients, des inconvenients plus ou moins majeurs, bien perçus par certains et ignorés par d’autres.
Le caractère précieux de la santé n’étant pas à démontrer, on est amené naturellement à méditer sur le sujet.
 
QUELQUES   OBSERVATIONS
 
Au-dessus de certaines boîtes de craie, figure l’inscription : "sans poussière". De même, en dessous de telles boîtes on lit : " Ne convient pas à un enfant de moins de 36 mois. Ingestion possible de petits éléments détachables." 
Voilà des phrases explicites à plus d’un titre qui traduisent d’abord le caractère nocif de la craie pour l’organisme humain. Il s’en dégage par ailleurs une contradiction dans les termes utilisés : qu’est-ce donc ces "petits éléments détachables" sinon de la poussière de craie ? Cela ressemble à l’escroquerie publicitaire courante par laquelle on écrit généralement en gros caractères les bienfaits d’un produit commercial, et en petits caractères ses inconvenients.
Toujours pas l’observation, on constate que l’enseignant ingurgite de la craie en plusieurs occurrences et de diverses façons. Ça peut être pendant l’écriture au tableau ou même pendant l’effacement de celui-ci par l’enseignant ou par l’élève. L’absortion se fait par la bouche, les narines, la peau, le cuir chevelu, les yeux etc. Parfois, on entendra tousser un ou deux élèves, quand ce n‘est pas l’enseignant lui-même, pendant un effacement du tableau. Cette réation du corps face au stimulus externe que constitue la craie traduit une indisposition de l’organisme. Il y a même souvent un effet combiné de cette craie avec celui d’une ardoisine de mauvaise qualité qui peut donc se dégrader. Cette situation a particulièrement lieu en périodes de rentrées scolaires où les tableaux sont souvent repeints.
 
L’observation montre par ailleurs que la craie, sur le plan chimique, est constituée de carbonate de calcium (qui existe dans la nature sous forme de calcaire), lequel carbonate est un sel ou un ester de l’acide carbonique. A côté de cela, il faudrait voir la composition chimique de l’ardoisine, qui probablement elle aussi, ne sera pas totalement innoncente.   
Ensuite, l’on sait que dans le cadre de la santé publique les autorités compétentes ont souvent formulé l’interdiction de la consommation de calcaire (plus connu sous le nom de kaolin) dont l’emprise et les autres méfaits sur le plan sanitaire (dysentérie, dessèchement de l’organisme etc.) sont assez connus chez l’être humain en général et chez les femmes en particuliers.
 
RESULTATS
 
La consommation permanente de craie par l’enseignant est succeptible de nuire à différents niveaux à sa santé.
On peut citer entres autres, l’irritation de la gorge souvent suivie d’un état grippal, la baisse possible de la vue au fil des années, des picotements sur la peau une fois celle-ci en contact avec de l’eau. D’autre part, y aurait-il un lien entre le dépôt de la craie sur le cuir chevelu et une possible desquamation de celui-ci ?
 
 
Plus encore, le dépôt de craie dans l’organisme peut provoquer de temps à autres de petits picotements au niveau des talons ou encore au niveau de la ceinture rénale de l’individu. Or, lorsque ce canal est obstrué par des impuretés, il peut s’en suivre une perte de désir sexuel ou même progressivement une faiblesse sexuelle chez l’homme masculin. Il peut en découler également une modification négative de la composition spermatique chez ce dernier, d’où un risque d’infection permanente chez sa partenaire sexuelle, étant donné que tous les rapports ne peuvent être protégés.
Enfin, selon quelques observateurs la craie contribuerait à accroître le mal de la sinusite chez certaines personnes.
 
 
DES MESURES PREVENTIVES ?
 
Suite à tous les risques précédents pouvant émaner de l’usage qoutidien de la craie par l’enseignant, il est logique de bien vouloir explorer quelques petites précautions pouvant être utiles.
Par exemple, l’enseignant ne gagnerait-il pas à adopter un mutisme léger ou intermittent pendant l’écriture au tableau ou pendant l’effacement de celui-ci ? Aussi, pour ceux des enseignants qui n’effacent pas eux-mêmes leurs tableaux, ne serait-il pas souhaitable de le faire par les élèves et à tour de rôle, afin que l’absortion de la poudre de craie n’affecte pas un seul individu ? Dans le même ordre d’idées, l’enseignant peut choisir d’écrire le moins possible au tableau (dans certaines matières) à condition de ne pas sacrifier la bonne transmission des connaissances, ou encore d’expliquer la leçon exclusivement lorsqu’il a le dos tourné au tableau.  
Comme autres mesures préventives, l’on pourrait envisager le port éventuel par l’enseignant, d’un masque à l’instar de celui d’un chirugien en action. Cet instrument aurait son côté pratique, malgré son caractère quelque peu discutable ou insolite.
Ensuite, consommer assez d’eau toutes les deux heures, et peut-être aussi prendre un peu de lait de temps en temps (c’est le cas des employés des sciéries dont la menace analogue est l’absortion de la sciure), pourrait contribuer un peu à assenir l’organisme contre la craie.
Enfin, les divers risques liés à l’usage qoutidien de la craie expliquent donc l’institution par la pédagogie du port souhaitable d’une blouse (longues manches de préférence, lorsque le climat le permet) par l’enseignant en activité.   
 
Après l’analyse précédente sur la cohabitation enseignant – craie l’on est en droit de se demander s’il existe une ou plusieurs maladie(s) propre(s) au métier de classroom teacher. Aurait-on par ici une explication au choix des tableaux à stylos marqueurs (plutôt que le tableau noir) dans certaines structures d’enseignement dans le monde ? Est-ce ce mode de transmission qu’on devra envisager à l’avenir, en espérant que l’odeur aiguë du stylo marqueur le permette ? Ou alors l’enseignant devra-t-il dans un futur lointain compter sur des combinaisons analogues à celles utilisées dans les centrales, qui protégent les yeux, la tête et tout le corps ? Bizarre peut-être ?              


Tous droits réservés