Centrale Panafricaine
Centrale Panafricaine
. Reflexion sur la coupe du monde de football

. Recherches africaines et sida

. Aprés le passage du Dr Cheick M. Diarra au Cameroun(2ième partie)

. Existe t - il une philosophie africaine ?

. Le poids des modernités

. Conseils pratiques aux examens officiels

. Réflexion sur le commerce équitable

. Sur la journée internationale de l'enseignant

. Football africain:plaidoyer pour un entraîneur (1ère partie)

. Biographie(1) CHEIKH ANTA DIOP (lu pour vous)

. Biographie (2) CHEIKH ANTA DIOP (Lu pour vous)

. Cameroun: Des élèves en transes

. Performance

Examens Officiels:Remarques et Suggestions

. Questions sur l'Afrique et l'africanité

. Prophéties

. Contact

. A propos de l'affaire de l'Arche de zoé

. Orientation scolaire

. Discours colonial

Après le passage du Dr CHEICK MODIBO Diarra au Cameroun (1ere partie)

Bevues Mathématiques

En Afrique,un viellard qui meurt est ...

. Football africain: De la C.A.N. 2008

. Jugement Hissène Habré (Archive)

. L'Enseignant et la craie

. Etablir un projet de création d'entreprise(Archive)

Plan de paix au Burundi (Archive)

De l'Apprentissage Des Mathématiques

Réflexion sur L'Excision de la femme(Archive)

Incroyable,mais vrai (Excécutif Américain)

L' Homme et le chiffre

Opération " Brosse à dents en sac"

A quoi servent les Mathematiques.

Quelques Chercheurs Scientifiques Africains de renom

Mieux connaître l'Afrique et l'Africanité

Sur le Triangle des Bermudes

Après le tour de France 2008

De la Bonne Gouvernance en Afrique

Le Président LEVY MWANAWASSA et la "Chiffrologie"

Le PEA48 et la Liste Blanche Camerounaise

Lettres Ouvertes à Trois Ministres

Réflexion sur la discipline scolaire

Cours Préliminaire de Physiques

Projets d'émission radio

Livre d'or

De la situation au Zimbabwe

Soutenir la Centrale P.R.S.

L'Afrique et Barack OBAMA

Jugement HISSENE HABRE:2ième partie

. Accueil

Réflexion sur la discipline scolaire

CENTRALE PANAFRICAINE
DE RECHERCHES
SCIENTIFIQUES ET
CULTURELLES
-S/C BP 3583 DOUALA-CAMEROUN
-CEL: (237) 99 87 74 59
  
JOURNEE NATIONALE D’ORIENTATION SCOLAIRE 2008
AU LYCEE JOSS DE DOUALA 
THEME :
LES PARTENAIRES EDUCATIFS FACE A L’ELEVE INDISCIPLINE : QUELLES ACTIONS POUR QUELLES FINALITES ? 
RAPPORT  DE  L’INTERVENTION DE
M  KOM  BERNARD
(Enseignant-chercheur indépendant)
                                                            15 octobre  2008
 
LES TYPES  D’INDISCDIPLINES  SOUVENT  RENCONTRES 
1)     La flânerie aux heures de cours.
2)     La paresse (le refus de faire ses devoirs).
3)     Les bagarres, les injures et les rancunes.
4)     Le fait de vouloir irriter un professeur en lui rappelant qu’ « il est l’heure »  ou que « le cours était bon. ».
5)     Le fait de se  « renseigner » ou de frauder au cours d’un devoir surveillé.
6)     Le vol, que ce soit d’argent ou de fournitures scolaires en classe.
7)  Le refus d’obtempérer à une injonction, de la part d’un professeur ou d’un membre de l’administration.
8)   L’école buissonnière ou encore le fait de sécher les cours pour des randonnées à moto en ville.
9)    Le port sur soi des téléphones portables, de fortes sommes d’argent ou même des objets dangereux.
10) Le fait de fumer ou de consommer des stupéfiants dans l’enceinte ou en dehors de l’établissement.
11) Le ’’taxage’’ (ou la taxation) : le fait qu’un élève plus fort ou plus imposant rançonne un moins fort, le plus souvent issu de grande famille.
12) Les agressions physiques contre un éducateur, etc.
II.      ATTITUDE DE L’ENSEIGNANT FACE A CES CAS D INDISCIPLINE
.     L’enseignant doit avant tout demeurer un auxiliaire du service d’orientation, autant qu’un auxiliaire de l’administration.
.    Il doit toujours veiller à asseoir la discipline dans sa classe, sans brutalité, ni démesure, en restant autant que faire se peut dans le règlement intérieur, même s’il faut reconnaître que ce dernier comporte toujours naturellement ses insuffisances.
.  Il doit savoir punir sans haine, sans rancune, ni partialité (filiation, tribalisme, corruption etc.…) et doit veiller à la proportionnalité entre le châtiment et la faute commise :
Considérons une infraction pour laquelle une élève mériterait entre quatre (4) et cinq (5) coups de fouet. Si l’on lui en donne deux (2) ou trois (3),  il ne retiendrait pas la leçon du fait d’une certaine complaisance. Si l’on lui en donne six (6) ou sept (7), il peut ne pas non plus retenir la leçon et engager même plutôt un petit sentiment de révolte, du fait de l’excès.
Lorsque l’éducateur sait apprécier la limite utile, l’apprenant lui garde sa sympathie, même après une bastonnade. Il conviendrait de châtier en bon père  et non en bourreau. 
.     Il doit envisager les châtiments, même corporels, de manière graduelle. 
.  Le recours à la chicote peut s’avérer être nécessaire dans des cas extrêmes, pas seulement pour les petits Nègres, mais aussi pour leurs homologues Blancs, car cela constitue un bon moyen de dissuasion contre la délinquance, si l’on s’en sert subtilement.
Conclusion
            Une certaine philosophie de l’éducation aujourd’hui veut que l’usage de la chicote soit de la violence ou une attitude rétrograde. L’Afrique se doit d’être suffisamment critique à cet égard. Même si quelques excès sont naturellement enregistrés, cela suffit-il pour basculer entièrement cette vision pédagogique ? En fait, l’on ne devrait pas confondre le recours à la chicote à de la violence, car il s’agit plutôt d’un recours à la force, à la force positive (constructrice) pour restaurer l’ordre. Seule la force négative (destructrice) est violence et même les apprenants savent distinguer ces deux aspects de la force.
 Aussi, l’assimilation de cette nième leçonpédagogique venue d’outre-mer ne devrait pas être automatique car l’Afrique se doit d’apprécier au préalable ce que cette philosophie a apporté à la discipline scolaire dans ces pays.
Que ce soit en Europe ou aux E.U., il faut reconnaître que le panorama n’est pas glorieux. Il est traditionnel dans ces pays, ou même déjà dans les établissements d’obédience occidentale basés en Afrique, que les jeunes se livrent à un excès de libertinage (tabagisme, pratique de la drogue, suicides et bien d’autres déviances). Et comme le plus souvent l’occident au présent est l’Afrique dans dix ou vingt ans, l’on gagnerait à prévenir au lieu de guérir.
 Plus encore, il est courant dans ces pays qu’un élève content ou mécontent, ou pour un oui ou non, choisisse de massacrer au pistolet quelques élèves et professeurs avant de se donner la mort. Devrait-on attendre d’en arriver là à notre tour, pour réaliser quel danger cela représente ? Certainement que non. Et si cet état de chose était dû en amont à un trop grand ascendant des droits de l’enfant sur les devoirs ? Ou à un rejet radical de la bastonnade par ces pays ? Si en France, par exemple, l’indiscipline grandissante en milieux scolaires fait penser à l’éventualité d’une assistance policière au lycée, ou encore à la possibilité pour les profs de porter plainte, il y a lieu de se demander s’il ne serait pas plutôt intéressant de restaurer au prof un minimum de l’autorité que le droit de l’enfant lui a retiré, autant qu’aux parents ? Ne plus pouvoir ‘’corriger’’ son enfant sous peine d’être inculper, quelle plaisanterie !
 Les droits de l’enfant (comme ceux de l’homme) ne seraient-ils pas passés d’un extrême à l’autre, là où conviendrait la voie du milieu ? Si la dictature et l’oppression sont bien critiquables, peut-être que la démocratie libérale et le libertinage devraient l’être aussi. Vouloir interdire le fouet à l’école s’apparente à envisager des forces non armées ou des policiers sans armes en société au nom de la démocratie. Le policier canadien, par exemple, n’a-t-il pas lui aussi fini depuis quelques années par troquer son gourdin contre une arme devenue nécessaire?
 De nos jours l’on assiste progressivement à l’arrivée d’élèves expatriés dans certains lycées africains. Serait-ce parce que leurs parents y ont perçu la possibilité de leur assurer une meilleure moralité ? Tendance à encourager peut-être.
 Plutôt que de condamner l’usage du fouet dans les milieux scolaires peut-être devrait-on simplement codifier systématiquement son usage, c’est-à-dire domestiquer, humaniser la bastonnade (mais bastonnade quand même) en concevant un code de bastonnade qui définisse les cas d’indiscipline à chicoter, les parties à chicoter, le nombres de coups à frapper,  les assistants à la bastonnade, le type de fouet etc.
    L’Afrique, comme pour les prescriptions d’ordre économique venues d’occident, digère toujours d’emblée les modèles éducatifs occidentaux. Rien de bien logique puisque le pauvre est versatile.
L’Afrique devrait se garder de confondre le riche et l’idéal. Elle doit identifier ce qu’elle a de bon pour le préserver et identifier ce que l’autre a de mauvais pour le rejeter.
Sans vouloir être négatif, peut-être que des Africains devraient présenter des thèses critiques sur les forces et les faiblesses des systèmes éducatifs africains, européens, américains, anglais, japonais, canadiens, etc., que ce soit au niveau de la discipline, des contenus des programmes (niveau par niveau), des textes administratifs ou des ressources humaines etc.
La pensée africaine reste bien complexée inférieurement sur la question, pourtant tout n’est pas que rose de l’autre côté de l’Atlantique.
 
III- PHASE DE QUESTIONS-REPONSES
 
R1/ Si l’on interdit les chaussures ouvertes, c’est peut-être parce
 
que cela ne protège pas les pieds
        L’exigence de la tenue blanche en sport est simplement
 
un souci d’uniformité comme celui de la tenue scolaire.
  • S’il fallait permettre aux filles des coiffures avec des mèches, la  
  •  
  • préoccupation à la beauté prendrait le pas sur celle
  • d’assiduité à l’école, chez beaucoup d’entre elles. N’est-ce pas
  • que dans le système éducatif anglophone les cheveux doivent
  • être à ras tant pour les filles que pour les garçons ?
 R2 / Pourquoi le fouet en terminale ?
     D’emblée, il faut dire que l’usage du fouet  ne doit pas être systématique. Le recours à
  
cet outil
  
pédagogique indispensable n’intervient que dans des situations extrêmes. Que serait
  
la société sans la peur
  
du gendarme ? Pourquoi ne pas recourir à des mesures plus draconiennes lorsque l’on est en face
  
d’indisciplinés  
  
définitivement réfractaires aux méthodes douces ? Il s’impose d’abord d’asseoir l’ordre en
 
classe afin de protéger
 
les élèves assidus désireux de suivre le cours.  Sinon, en classes de  terminale, un élève est plus
 
enclin à escalader la
 
clôture du lycée, à défier l’autorité du professeur, à mener même une agression physique contre ce
 
dernier. De plus, on y
 
trouve toujours des cas de vols de fournitures scolaires et autres.
      Pourquoi donc devrait-on absolument mettre les terminales à l’abri du fouet ?
Pourquoi devrait-on éliminer radicalement la bastonnade de l’enseignement ? Et si les
 
lois
 
humaines actuelles étaient globalement plus souples qu’il n’en fallait, face à la
 
délinquance et
 
plus largement la grande criminalité ? L’enseignement ne devrait-il pas passer à l’ère de la
 
bastonnade codifiée, pondérée ? Est-ce que l’occident ne gagnerait-il pas plutôt à remettre en
 
question son idée de la bastonnade, quitte à réintroduire la donne dans l’enseignement ?
      
Enfin, merci encore au service d’orientation scolaire du lycée Joss, pour cette invitation renouvelée à mon
 
endroit.
CODE DE BASTONNADE A L’ECOLE
 
1-     La bastonnade ne doit pas être systématique.
 
2-     Ne pas taper sur la tête.
 
3-     Ne pas taper plus qu’il n’en faut.
 
4-     Ne pas taper moins qu’il n’en faut.
 
5-     Ne taper que parmi les récidivistes.
 
6-     Bastonner souvent sous assistance d'un ou de deux tiers.
 
7-     Bastonner sans haine, ni rancune, ni partialité.
 
8-     Passer souvent à la mise à genou pendant une heure
 
       ou      deux, avant une        éventuelle bastonnade.
 
9-     Bastonner l’élève sous l’assistance de ses camarades, le
 
       cas échéant.
 
10-  Bastonner en filtrant les cas de maladies signalés par les
 
      parents.
 
11-  Le nombre de coups de fouet doit être proportionnel au
 
     degré de l’infraction commise.
 
12- Toute bastonnade doit être précédée d'une enquête
 
      préalable.

 


Tous droits réservés