Centrale Panafricaine
Centrale Panafricaine
. Reflexion sur la coupe du monde de football

. Recherches africaines et sida

. Aprés le passage du Dr Cheick M. Diarra au Cameroun(2ième partie)

. Existe t - il une philosophie africaine ?

. Le poids des modernités

. Conseils pratiques aux examens officiels

. Réflexion sur le commerce équitable

. Sur la journée internationale de l'enseignant

. Football africain:plaidoyer pour un entraîneur (1ère partie)

. Biographie(1) CHEIKH ANTA DIOP (lu pour vous)

. Biographie (2) CHEIKH ANTA DIOP (Lu pour vous)

. Cameroun: Des élèves en transes

. Performance

Examens Officiels:Remarques et Suggestions

. Questions sur l'Afrique et l'africanité

. Prophéties

. Contact

. A propos de l'affaire de l'Arche de zoé

. Orientation scolaire

. Discours colonial

Après le passage du Dr CHEICK MODIBO Diarra au Cameroun (1ere partie)

Bevues Mathématiques

En Afrique,un viellard qui meurt est ...

. Football africain: De la C.A.N. 2008

. Jugement Hissène Habré (Archive)

. L'Enseignant et la craie

. Etablir un projet de création d'entreprise(Archive)

Plan de paix au Burundi (Archive)

De l'Apprentissage Des Mathématiques

Réflexion sur L'Excision de la femme(Archive)

Incroyable,mais vrai (Excécutif Américain)

L' Homme et le chiffre

Opération " Brosse à dents en sac"

A quoi servent les Mathematiques.

Quelques Chercheurs Scientifiques Africains de renom

Mieux connaître l'Afrique et l'Africanité

Sur le Triangle des Bermudes

Après le tour de France 2008

De la Bonne Gouvernance en Afrique

Le Président LEVY MWANAWASSA et la "Chiffrologie"

Le PEA48 et la Liste Blanche Camerounaise

Lettres Ouvertes à Trois Ministres

Réflexion sur la discipline scolaire

Cours Préliminaire de Physiques

Projets d'émission radio

Livre d'or

De la situation au Zimbabwe

Soutenir la Centrale P.R.S.

L'Afrique et Barack OBAMA

Jugement HISSENE HABRE:2ième partie

. Accueil

. Biographie (2) CHEIKH ANTA DIOP (Lu pour vous)

            CHEIKH  ANTA    DIOP

 

Architecte de la renaissance africaine

 

Par Ouzire ZANGBETO

Du Mouvement SANKOFA

(AFROBIZ, mars-avril 2001)

 

 

En Afrique, la coutume dit "S'il pleut le jour d'un événement, ce dernier est béni par l'entité divine". C'est  sans nul doute ce  qui est arrivé le 03 février dernier. En effet, ce jour, sous un Paris livré à son carcan habituel et sous une pluie glaciale, quelques cent cinquante personnes se sont rendues au cinéma Images d'Ailleurs, pour commémorer, avec quatre jours d'avance, l'anniversaire de la mort du professeur Cheikh Anta Diop. L'Homme qui a sans doute le plus compté parmi les fils de l'Afrique et ses diasporas, au cours du siècle dernier. La patience et  la vertu indéniables qui l'ont caractérisé ont dû inspirer  cette divine approbation de l'événement, quinzième du nom.

 

Chaque  année, plus précisément le premier samedi du mois de  février, la famille panafricaine de Paris se rassemble autour d'un sujet de réflexion, pour marquer l'événement. C'est l'occasion  d'approfondir l'immense travail légué à la postérité par le savant africain. Le thème retenu pour  l'an 2001 fut : "Le Panafricanisme dans l'œuvre de Cheikh Anta Diop" ; et la causerie fut animée entre autres par le professeur Egyptologue Jean-Charles Coovi Gomez de l'Institut d'Egyptologie et des Civilisations Africaines ( encore appelé Institut d'Egyptologie Cheikh Anta Diop ( IEAC). Tout le long de la semaine qui  a suivi, il est indéniable que cet anniversaire a eu des répercussions aux quatre coins de la planète, car, depuis bientôt cinquante ans qu'il   a fait son avènement sur la scène internationale en publiant "Nations Nègres et culture", son premier ouvrage,  chaque jour apporte son lot d'adeptes aux thèses du génie qu'aura été cet homme.

Génie ! appelons le ainsi, car il fut inclassable  et  surtout   précurseur dans plusieurs domaines : historien, philologue égyptologue pour les uns, sociologue, linguiste pour d'autres, mathématicien, physicien nucléaire pour d'autres encore. Et la liste serait trop longue ici, car il aura touché à plusieurs disciplines avec une égale aisance. Et cette diversité  se retrouve certainement dans l'œuvre colossale que nous lui connaissons aujourd'hui. Oeuvre que d'aucuns reconnaissent volontiers comme relevant  normalement de la capacité d'une équipe de plusieurs spécialistes. A ce point, ce fut, n'en pas douter, un véritable  savant dans la pure acceptation du terme. Pourtant, ce combat, et il s'agit bien d'un combat, ne fut pas de tout repos et fut même un des plus  âpres qu'il ait jamais été donné à un intellectuel de mener.

 

Né en 1923 dans la région de Diourbel, Baol-Cayor, (Sénégal) en plein Sahel, Cheikh Anta Diop a rompu son cycle  terrestre en 1986, pour rejoindre le royaume  d'Ouzire (Osiris). L'esprit plongé dans le Nil, fleuve sacré et vivificateur, d'où il fit émerger des pans entiers  de l'histoire du peuple noir, longtemps submergée pour des raisons idéologiques.

Idéologie! Le mot est  lâché et donne son entière légitimité au parcours  de cet intellectuel, et en cela nous ne pouvons que donner raison au professeur Aboubacry Moussa Lam de l'Université de Dakar pour qui : " Cheikh Anta Diop  n'a pas  choisi son terrain de combat. Il n'a fait que répondre aux combats de son époque". Et si   ce combat  n'avait pas lieu d'être, si l'histoire africaine rédigée avait connu un processus normal, sans aucun hiatus malsain et idéologique, Cheikh Anta Diop aurait, probablement , connu  un autre parcours. Mais il décida de consacrer son génie à son peuple et pour cette raison, les Africains, entendons ainsi les noirs d'Afrique et ceux des diverses diasporas, lui doivent énormément, eux qui n'ont pas encore pris la pleine mesure du don qu'il leur a fait.

 

Cheikh Anta Diop aura marqué du sceau de son excellence, toute l'historiographie africaine qui, avant lui se résumait à quelques séries de cartons ethnographiques qui ne rendaient pas compte du continent noir comme étant une société dotée d'une évidente historicité. Le contre-pied  qu'il prit par rapport à ce paradigme ambiant dans lequel baignait l'histoire non écrite, mais griffonnée de l'Afrique, provoquera, à son égard des sanctions ultrarapides.

 

Tout  commence par une thèse rejetée à la Sorbonne. Thèse qu'il va rendre publique à travers "Nations Nègres et Culture". Il y démontre  que les premières civilisations sur  la terre  ont fait leur émergence en Afrique et que l'Egypte, longtemps considérée comme une civilisation étrangère à l'Afrique, est au contraire une œuvre issue du génie  de l'homme noir ; et la matrice avec  la Nubie de toutes les civilisations précoloniales africaines et de ses héritières après son  déclin. Ensuite vont s'enchaîner  des critiques et des attaques qui n'auront de fondement que le mépris et la haine, toutes dénuées de la moindre scientificité. L'ambiance était telle qu'il fut  même isolé au sein de son milieu, c'est -à-dire la classe intellectuelle africaine de l'époque, laquelle par peur de représailles et peut-être aussi dépassée intellectuellement par l'événement, n'osa pas le soutenir, à l'exception notable d'Aimé Césaire. Ce dernier, après avoir lu l'ouvrage de Cheikh Anta Diop parcourut tout le Quartier Latin des années 50 en vain, à la recherche d'autres intellectuels,  capables de l'aider à soutenir l'auteur et ses thèses "révolutionnaires".

 

Dans un premier temps, face à ces multiples attaques, Cheikh Anta Diop garda le silence, car le travail  l'attendait et il n'était pas mince. Venant de lancer un vaste chantier d'investigation, qui va nécessiter plusieurs générations de travail, il se veut sérieux  et rigoureux pour  que les bases en soient les plus solides possibles. Trois autres ouvrages vont suivre en 1960 : "L'Unité culturelle de l'Afrique noire"," l'Afrique Noire Pré coloniale" et

" Les fondements Economiques et Culturels d'un Etat Fédéral d'Afrique Noire". Lui même expliquait ce silence par le fait qu'il ne voulait pas participer à un débat de "bas étage". Aussi "assumait-il paisiblement tous les épithètes dont ils m'affublaient et les attendais sur le terrain scientifique,  car là seulement pourrions-nous discuter".

 

Ce terrain scientifique, l' UNESCO le lui offra en 1974 à l'occasion du colloque du Caire. Invité par l'organisation internationale à participer au projet d'écriture de l'histoire universelle, C.A. Diop , pour éviter d'avoir à user d'euphémismes, pris la décision de clore le débat.  Il imposa comme condition sine qua non à sa participation au projet, qu'on lui offrît l'occasion de se confronter aux plus éminents égyptologues de la planète, notamment ceux qui, depuis des années n'ont cessé de lui faire des procès d'intention, au lieu de discuter sur le plan scientifique. De ce colloque, il sortira triomphateur. Car, ses thèses, si elles ne firent pas l'unanimité( ce qui était prévisible ), reçurent comme réponse, des silences au niveau scientifique. Désormais, l'Afrique ne sera plus à la traîne de l'Humanité comme l'ont soutenues des générations entières d'Occidentaux; l'Humanité nègre ne sera plus traitée d'inapte à toute création civilisationnelle. Elle est désormais, grâce à Diop, au sommet, puisque dépositaire de la première et de la plus grande civilisation de l'histoire.

 

Le colloque du Caire vaudra à C.A. Diop, la reconnaissance au-delà de l'Afrique, sa Matrie, notamment au sein de la communauté universitaire afro-américaine, laquelle, aujourd'hui encore, a le plus fait pour la continuité de son travail et des approfondissements nécessaires que cela requiert.

 

 Faire don de son esprit à l'Afrique et au peuple noir, faire en sorte que le Noir ne se sente plus jamais " inférieur " à quiconque, comme on lui a inculqué, qu'il se sente fier et fort et surtout s'investisse dans la nécessaire reconstruction de son espace culturel vidé en cinq siècles d'esclavage et de colonisation: voilà comment on pourrait résumer le parcours intellectuel, scientifique et activiste de Cheikh Anta Diop. Son seul véritable disciple, Théophile Obenga, celui-là même qui était déjà à ses côtés au colloque du Caire dit de lui qu'il "…a rendu à l'Afrique Noire, entendons ainsi le peuple Noir tout entier, son passé, sa mémoire collective, sa présence formelle et active dans les différentes étapes de l'histoire universelle". Et dire que quelques voix mal inspirées ont parlé, à son égard, de racisme alors qu'il ne s'agit que d'humanisme et de ce qui fait l'essence de l'Humanité. Ce n'est pourtant pas Cheikh Anta Diop, mais plutôt Napoléon Bonaparte qui déclara; un jour, que" l'Histoire est un mensonge consensuel". Comme c'est dommage.

 

Cheikh Anta Diop aura démontré que l'histoire est plutôt la vérité universelle, sans quoi l'Humanité ne saurait se sortir des chemins de travers dans lesquels elle s' embourbe en ce moment. 

 

NDLR : 1) Le grade de docteur honoris causa a été conféré à Cheikh Anta Diop par Morehouse College, l'une des Universités de la ville d'Atlanta aux U.S.A, le 04 avril 1985. Ce fut en présence de Andrew Young (alors Maire d'Atlanta), du docteur Hugh M Gloster, président de Morehouse  college, de Mme Coretta Scott King, veuve de M. L. King et présidente du centre  Martin Luther King Jr , et Dr Lawrence Edward Carter, doyen de Martin Luther King Jr International Chapel.

            Depuis lors, tous les <<04 avril>>sont déclarés <<  Cheikh Anta Diop day>> à Atlanta. 

                 2) Une bibliothèque municipale  Cheikh Anta Diop a été inauguré en Guadeloupe le 26 janvier 1991.

                 3) Sur la stèle commémorative de L'IFAN-Cheikh Anta Diop, réalisée à Dakar en 1988 par  Ibrahima Ndiaye, dit Seva, on peut lire l'inscription : <<Par son génie, il a réhabilité les civilisations nègres.>>                    

 

 

 

 

 

 

        


 

 

 

      

 

 



Tous droits réservés