Centrale Panafricaine
Centrale Panafricaine
. Reflexion sur la coupe du monde de football

. Recherches africaines et sida

. Aprés le passage du Dr Cheick M. Diarra au Cameroun(2ième partie)

. Existe t - il une philosophie africaine ?

. Le poids des modernités

. Conseils pratiques aux examens officiels

. Réflexion sur le commerce équitable

. Sur la journée internationale de l'enseignant

. Football africain:plaidoyer pour un entraîneur (1ère partie)

. Biographie(1) CHEIKH ANTA DIOP (lu pour vous)

. Biographie (2) CHEIKH ANTA DIOP (Lu pour vous)

. Cameroun: Des élèves en transes

. Performance

Examens Officiels:Remarques et Suggestions

. Questions sur l'Afrique et l'africanité

. Prophéties

. Contact

. A propos de l'affaire de l'Arche de zoé

. Orientation scolaire

. Discours colonial

Après le passage du Dr CHEICK MODIBO Diarra au Cameroun (1ere partie)

Bevues Mathématiques

En Afrique,un viellard qui meurt est ...

. Football africain: De la C.A.N. 2008

. Jugement Hissène Habré (Archive)

. L'Enseignant et la craie

. Etablir un projet de création d'entreprise(Archive)

Plan de paix au Burundi (Archive)

De l'Apprentissage Des Mathématiques

Réflexion sur L'Excision de la femme(Archive)

Incroyable,mais vrai (Excécutif Américain)

L' Homme et le chiffre

Opération " Brosse à dents en sac"

A quoi servent les Mathematiques.

Quelques Chercheurs Scientifiques Africains de renom

Mieux connaître l'Afrique et l'Africanité

Sur le Triangle des Bermudes

Après le tour de France 2008

De la Bonne Gouvernance en Afrique

Le Président LEVY MWANAWASSA et la "Chiffrologie"

Le PEA48 et la Liste Blanche Camerounaise

Lettres Ouvertes à Trois Ministres

Réflexion sur la discipline scolaire

Cours Préliminaire de Physiques

Projets d'émission radio

Livre d'or

De la situation au Zimbabwe

Soutenir la Centrale P.R.S.

L'Afrique et Barack OBAMA

Jugement HISSENE HABRE:2ième partie

. Accueil

Partenariat

. Etablir un projet de création d'entreprise(Archive)

« Les salons de création d’entreprise visent à faciliter la tâche des jeunes qui envisagent de créer leur propre société et qui ont besoin d’informations et de conseils pour réaliser leurs projets. »

PAUL BIYA, Discours à la jeunesse Camerounaise, 1er Février 2001.

 

 

COMMENT ETABLIR

 

UN PROJET DE

 

CREATION

 

 D’ENTREPRISE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Une contribution de

Kom K. Bernard

Mathématicien,

Chercheur indépendant à MBANGA

Cel : 00(237) 987 74 59

Email : Kombernard@yahoo.fr

 

MBANGA-JANVIER 2002

 


                                                                                       

 

« La créativité nous permet d’accéder à la dignité, car il n’y a point de dignité pour ceux qui attendent tout des autres. »  AHMADOU AHIDJO

 

 

 

 

 

 

 

 

COMMENT ETABLIR UN PROJET DE CREATION D’ENTREPRISE

 

 

 

 


I-                   DEFINITION

 

Un projet de création d’entreprise c’est tout dossier comportant toutes les données possibles, relatives à une entreprise que l’on veut mettre sur pied.

Ces données, ce sont entre autres :

-         la nature de l’entreprise,

-         la production envisagée,

-         la taille de l’entreprise,

-         l’organigramme de l’entreprise,

-         l’étude de faisabilité,

-         la publicité à priori, etc.…

 

II – EXPLICATIONS

 

1-    La nature de l’entreprise :

 Il s’agit de préciser si l’entreprise est commerciale, industrielle, un GIC, une ONG, etc.

 

2-    La production envisagée :

 Il s’agit de ce dans quoi l’entreprise fait, c’est-à-dire son domaine d’activité. C’est l’objectif fondamental, le but de l’entreprise. C’est par exemple, l’agriculture, la papeterie, la communication, etc.…

On peut par le même temps ici préciser le produit en lui-même que l’entreprise entend proposer au public. Il peut s’imposer dans certains cas de bien signifier le principe de la production. Par exemple, lorsque l’entreprise est une relative innovation.

 

3-    La taille de l’entreprise :

L’entreprise en création peut être d’une envergure ou d’une autre ça peut être :

 

-         Une structure artisanale,

-         Une structure locale, provinciale ou nationale, etc…

-         Une petite et moyenne entreprise (P.M.E),

-         Un consortium,

-         Une multinationale, etc… Le projet doit le préciser.

 

 

     4 – l’organisation de l’entreprise :

Il s’agit de la structure interne de l’entreprise, c’est-à-dire les différents postes de travail avec les liens d’interdépendance qui existent entre eux. Il doit de préférence être schématisé en arbre de parties tels que la hiérarchisation soit facile à comprendre.

 

5- Le nom de l’entreprise :

C’est la dénomination que l’on choisit pour l’entreprise à exister. Ca peut être un nom personnel, familial ou d’un groupe de personnes. Ca peut être un sigle plus ou moins en rapport avec des paramètres (noms, lieu, objectif etc.…) liés à l’entreprise.

 

       6- l’étude de faisabilité :

           Il s’agit ici de préciser après analyses préalables, les chances de réalisation du projet, ainsi que celles de la floraison de l’entreprise à créer. La conduite d’une telle étude peut être guidée par examen minutieux de quelques paramètres tels que :

-         Le lieu d’implantation de l’entreprise,

-         Le coût d’implantation de l’entreprise,

-         Les possibilités de financement,

-         L’étude de marché,

-         L’exploration des compétences, etc.…

 

a-    Le lieu d’implantation

            Il doit être précisé dans le projet de création d’entreprise. Ca peut être un ou plusieurs site(s) choisi(s) dans une ou plusieurs ville(s). Ce lieu peut être négocié avec l’état ou des particuliers, et l’on gagne automatiquement à le choisir par rapport à l’activité que l’entreprise entend mener. Un choix hasardeux serait fort préjudiciable aux gains de la société.

 

b-   le coût d’implantation

            Faire un devis estimatif écrit des besoins en matériels les plus divers. Ce capital de démarrage à solliciter doit être d’un montant réaliste, de manière à encourager tout éventuel pourvoyeur de fonds. Il se doit également d’être prévisionnel.

 

c-    les possibilités de financement

            C’est inventorier les possibles investisseurs : particuliers, associations, banques, l’état pou éventuellement les bailleurs de fonds internationaux. Le succès des négociations auprès des investisseurs est alors bien tributaire du degré d’intérêt porté par le projet. Il est possible, selon la logique capitaliste courante, que le demandeur soit soumis de la part du pourvoyeur, à l’obligation de céder des actions ou alors des parts de marché et autres exigences analogues avant obtention du financement requis.

 

d-   l’étude de marché

            Elle doit figurer doit figurer dans le dossier de création de l’entreprise. Elle doit dégager le public commercial cible, avec si possible, son pouvoir d’achat, tout cela en vue de bien estimer la part de marché, la marge de profit qui pourrait revenir à l’entreprise face à la conscience toujours bien ambiante.

 

            Une bonne étude de marché permet, par ailleurs d’apprécier à priori les chances d’une longue survie de l’entreprise, ainsi que ses perspectives d’avenir.

 

  c- L’exploration des compétences

          Il s’agit ici d’envisager :

-         le nombre minimum d’employés nécessaires au démarrage de l’entreprise,

-         les qualifications professionnelles requises,

-         les salaires payables par rapport aux capacités de ventes,

-         l’ensemble des tâches et sous tâches définissant précisément chaque poste de travail, etc.…

 

   7 – La publicité à priori :

         Concevoir un ou plusieurs spots publicitaires devant annoncer par voix de presse, de radio d’affichage, de télévision, d’Internet, etc…, la naissance prochaine de l’entreprise et surtout l’arrivée sur le marché d’un nouveau produit.

Cette étape autant importante que les précédentes constitue une préparation psychologique de l’environnement vis-à-vis de la nouveauté en vue, et surtout consiste à se créer progressivement une clientèle.

 

III-       APPLICATION  A  UN  EXEMPLE  DE  PROJET

 

1-    Nature : Entreprise commerciale

2-    Production

i-                   Domaine de production : Communication (Téléphonie mobile)

ii-                 Produits à vendre :

-         Appels et Réceptions d’appels sur téléphones portables,

-         Envois et Réceptions de messages courts SMS,

-         Autres, éventuellement.

iii-               Principe de production :

-         Recevoir chaque client,

-         Lui proposer l’une au moins des quatre prestations ci-dessus, contre 20 à 30 % de gain par rapport aux tarifs en vigueur chez les opérateurs nationaux de téléphonie mobile.

 

Note : La consultation permanente du crédit-téléphone est ici une sérieuse exigence avant tout appel pour un client, car de ce montant initial dépend le montant de la consommation du client auquel l’on ajoutera le gain en pourcentage.

 

             Néanmoins, il est, par ailleurs, possible d’évaluer la consommation du client sur la base du temps d’appel indiqué par le téléphone portable, surtout dans le cas où l’opérateur national facture  chaque opération de consultation de crédit.

 

Note : Plusieurs téléphones portables sont souhaitables, de manière à posséder au moins une ligne chez chaque opérateur national de téléphone mobile.

Aussi, une telle production peut être informatisée, pour :

-         enregistrer par écrit, les SMS et les appels entrants, reçus en l’absence d’un client,

-         enregistrer toutes les opérations financières élémentaires de la journée, de manière à faciliter les inventaires en temps opportun,

-         évaluer et mémoriser directement le coût global de chaque appel-client,

-         enregistrer les numéros utiles aux clients, fixes et mobiles (classés selon les opérateurs nationaux) etc.…

 

3 – taille de l’entreprise

       Une  P.M.E qui peut occuper pour un début, un local de deux ou trois chambres et un salon. En fait, l’idée générale de ce projet est simplement la création d’une cabine de téléphone mobile.

 

4 - Organigramme de l’entreprise

           O1 chef et 02 employés

 

5-    Le nom de l’entreprise

Plusieurs dénominations possibles :      CABINE MOBILE,  LA POSTE DU PORTABLE, EASY COMMUNICATION, COMMUNICATON POUR TOUS, P.T.T MOBILE, etc.

 

6-    L’étude de faisabilité

i-                   Lieu de l’implantation : Dans toute ville, l’implantation est possible est possible sur un  ou plusieurs sites de deux ou trois chambres et un salon chacun. Mais, dans une ville d’affaire, c’est préférable.

ii-                 Le coût d’implantation : Les principales charges sont :

-         01, 02, 03, ou 04 postes de téléphones portables abonnés à tous les opérateurs nationaux possibles,

-         01 ensemble micro - ordiné, éventuellement,

-         05 ou 06 registres et cahiers pour divers enregistrements, en cas de non informatisation,

-         01 annuaire de téléphone fixe,

-         01 calculatrice commerciale,

-         03 ou 06 mois de loyer,

-         Charges inattendues.

        De ce fait, un coût global d’implantation ne peut dépendre que des choix et avoirs individuels.

 

        iii – Possibilité de financement : le financement d’une cabine mobile ne serait pas très difficile, étant donné que la structure ne prendra que la taille qu’on lui aura donnée. L’envergure minimale d’une telle cabine c’est l’individu qui tient un ou deux téléphones portables en mains, et qui sollicite le(s) passant(s) désireux de faire des appels, contre son pourcentage de bénéfice, en échange. Dans ce cas, la Cabine est simplement humaine, ambulante et bien mobile donc.

D’un autre côté, il est possible, selon les moyens disponibles, de donner à la structure, une allure de mastodonte de la communication.

De ce fait, une entreprise ayant une telle variabilité dans son envergure, doublée d’un aspect innovateur devrait pouvoir compter sur le soutien d’un financier.

 

Iv – L’étude de marché : Le mobile au Cameroun, comme à l’étranger est actuellement porteur, florissant. Combien sont-ils ceux qui voudraient bien, souvent,

 

-         envoyer juste un petit message,

-         ‘’biper’’ ou appeler un correspondants alors que leur crédit est insuffisant ou épuisé,

-         Recevoir ou faire des appels intimes à partir d’un portable ;

-         Joindre urgemment un correspondant alors qu’aucune cabine fixe n’est présente dans les lieux, etc.

Voilà autant de services qui garantissent à coup sûr une certaine clientèle à l’entreprise.

 

7 – La publicité : Dans le cas d’espèces, la publicité est fort exigible, étant donné que la cabine du mobile n’est pas encore une réalité quotidienne. Quelques spots : « ENVOYEZ VOS SMS ET TELEPHONEZ AU PORTABLE, A 25 % SEULEMENT», « LE TELEPHONE PORTABLE A VOTRE SERVICE 25 % SEULEMENT» etc.

Ce projet de cabine mobile pourra-t-il inspirer plus d’un ?

 

IV- CONCLUSION

 

Cet article, enfin, se veut simplement être un guide à la création et à la promotion de l’entreprise. Il vient spontanément contribuer, comme toutes les autres publications qu’on a pu national de création de l’entreprise, organisé par le chef de l’Etat passe à Douala.

Il est un apport individuel et donc perfectible.

 

Fait à Mbanga, le 26 Janvier 2002

 

 

 

KOM K. Bernard

Mathématicien

Chercheur Indépendant à MBANGA

Cel : 77 66 39 59 ou

99 87 74 59

 

 

 

 



Tous droits réservés